lundi 1 mai 2017

Choisir...

Ouest France
Le premier tour de l'élection présidentielle dimanche dernier a bouleversé bien des ordres établis. Le choix , pour le deuxième tour, est-il si simple?  Cette semaine a  vu certains se positionner et d'autres donner , ou pas , des consignes de vote,comme jamais auparavant. Pour ma part, je sais que je ne voterai pas pour la candidate du front national, pour beaucoup de raisons, dont en voici de deux ordres.


mercredi 4 janvier 2017

Primaires de la gauche: Vincent Peillon champion?

Tout d'abord, tous mes vœux de santé à chacun, bien sûr. Mais aussi de félicité à notre pays pour cette année 2017.  C'est ce que l'on peut souhaiter à la France, certes pas la seule touchée par le vent de violence qui déferle sur le monde, mais celle qui a payé un lourd tribut parce qu'y est placée très haut la valeur "liberté" . 

Comme en témoigne le nombre de nouveaux inscrits (qui dépasse toutes les prévisions) sur les listes électorales, nous sommes profondément attachés , lorsque l'enjeu est de taille , à l'exercice de ce principe républicain. C'est aussi ce que nous avons constaté avec la participation massive aux primaires de la droite et du centre.

Tout cela est encourageant.

Je revenais cet après-midi de Bretagne, où j'ai eu la chance de pouvoir naviguer en voilier quelques jours , certes au froid, mais dans des paysages qui me sont parmi les plus chers. J'écoutais, ayant été coupé de quelques réalités, les nouvelles nationales et certains des débats organisés sur les grandes stations.
C'est ainsi que j'ai pu m'informer de certaines des propositions que les candidats à la primaire de la gauche ont commencé à formuler. 

J'y ai , tout d'abord, entendu, et c'était la proposition révolutionnaire de Monsieur Peillon d'instaurer , suivant un mécanisme à définir, la prise en charge par l'état d'une partie du paiement de la taxe d'habitation, pour les personnes dont le revenu ne dépasse pas 1636 € de revenu mensuel par part fiscale.
J'ai entendu des réactions très enthousiastes, ce qui pourrait conduire, de manière , sans doute simpliste et caricaturale à classer Monsieur Peillon parmi les populistes, qualificatif qui lui plairait, d'ailleurs, certainement.

Faut-il cependant rappeler que la taxe d'habitation est déjà plafonnée :

"Pour l'exonération de taxe d'habitation en 2017, le revenu fiscal de référence de 2016 ne doit pas dépasser 10 708 € pour la première part + 2 859 € pour chaque demi-part supplémentaire " (CGI)

Faut-il poser la question de savoir, au fond qui payerait? Puisqu'il s'agit de l'état, ne s'agit-il pas de la collectivité prise, dont on sait , pourtant, qu'elle est terriblement endettée?

Faut-il rappeler à Monsieur Peillon que c'est sous un gouvernement socialiste, que certains contribuables qui n'avaient jamais payé la taxe d'habitation, se sont trouvés imposables, du fait de la modification des barêmes de l'impôt sur le revenu.Ce qui a d'ailleurs valu à l'excellent  Monsieur Eckert d'appeler à ne pas payer l'impôt (un comble pour un ministre en charge du budget) pour attendre le rattrapage de la "boulette" gouvernementale! 

Faut-il ajouter, qu'il est ainsi commode de laisser le soin aux maires d'alourdir la fiscalité au prorata des transferts de l'état vers les collectivités pour en exonérer, ensuite, certains seulement des électeurs? Certainement pas une mesure électorale et politicienne...

Enfin, faut-il rappeler à Monsieur Peillon qu'il fut à l'origine de la réforme des rythmes scolaires, que son départ du ministère l'empêcha,d'ailleurs, d'évaluer : que ce soit en terme d'alourdissement des charges de fonctionnement ou d'organisation pour les municipalités.
(Je ne parle pas de l'évaluation sociétale catastrophique qu'en font bien des parents et des enseignants ).


Je passe sur sa saillie concernant les Juifs et les Musulmans.....

J'ai ensuite écouté les propositions de Monsieur Valls: j'y ai appris qu'il fallait défiscaliser les heures supplémentaires, ce qui ne manque pas de sel puisque la gauche a supprimé dès son arrivée en 2012 cette décision emblématique des années Sarkozy-Fillon! 

Enfin, j'ai eu droit au revenu universel by Monsieur Hamon, bien sûr sans la moindre amorce de financement, nouvelle promesse de rasage gratis!

Tout cela n'est pas encourageant pour ceux qui aiment contempler leur liberté sous le prisme de la vérité.

Je n'ai pas fait le tour des propositions de gauche, vite lassé par ces ritournelles électorales; je suis passé sur une radio musicale et je ne regrette rien: fin du trajet avec une rétrospective et des inédits de David Bowie. Juste interrompu par le flash parlant du record de longévité sportive de Monsieur Robert Marchand. 
De vrais talents...

Retour en pleine forme!

jeudi 15 décembre 2016

Action économique : décisions régionales

La séance de Conseil Régional du 14 et 15 décembre a largement abordé la question du développement économique. 
Le premier sujet est le cadre de la  stratégie mise en place pour faire de l'Ile-de-France la première région monde à l'échelon 2020.
La loi de décentralisation, dite loi NOTRE, a confié aux Régions la responsabilité exclusive de la définition des orientations en matière de développement économique sur son territoire. Celle-ci est fixée par le schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation (SRDEII). Ce document est l’expression de la politique économique régionale, rebaptisée #Leader. 
Ce rapport est le fruit d'une large concertation avec les acteurs économiques et les partenaires institutionnels.
 
Le constat
L’Île-de-France  est la première région d’Europe par sa richesse devant la Lombardie (Italie) et le Grand Londres (Grande-Bretagne), et elle peut compter sur une place financière de dimension internationale, et 1,3 million d’entreprises de toutes tailles. Pourtant, elle doit faire face à des difficultés qui sont autant de défis à relever : chute de l’emploi industriel  (-26% entre 1998 et 2013), difficultés d’embauche dans certains secteurs, solde migratoire négatif et taux de chômage de 8,5% de la population active en particulier chez les jeunes. Il apparaît assez clairement que le potentiel de notre région a été largement sous-exploité et la nouvelle stratégie régionale entend prendre toute la mesure des transformations en cours. Face à ce constat, la Région propose donc de redéfinir les grandes orientations du développement de l’Île-de-France pour les cinq prochaines années, notamment en matière d’aides et de conseil aux entreprises.
 
Revenons sur les principaux axes de ce rapport
La stratégie #Leader, définie pour la période 2017-2021, repose sur quatre orientations :



mercredi 14 décembre 2016

Action régionale: un an de bilan

En un an , ce sont les 2/3 du programme d'actions de la majorité qui ont été votés au cours des séances de conseil régional. La déclinaison des actions de la région pour nos territoires passe, ensuite, par l'adoption en commission permanente des aides aux différents projets dans le cadre des décisions prises par le conseil. C'est ainsi qu'au mois de novembre , un certain nombre de décisions d'attributions  qui concernent notre territoire ont été adoptées:






dimanche 4 décembre 2016

Fidel Castro et la gauche française: ambiguïtés.

Je suis effaré des commentaires de beaucoup trop de socialistes après le décès de Fidel Castro. Depuis le soutien inconditionnel de certains jusqu'à l'évocation surréaliste du "socialisme tropical" , les voix de gauche n'ont pas manqué pour prononcer l'éloge du disparu. Certes Fidel Castro a débarrassé Cuba d'un dictateur épouvantable mais je ne peux m'empêcher de penser à Manuel, rencontré à Santiago lors d'une visite , au début des années 90. Manuel, qui nous avait abordés discrètement pour savoir si nous souhaitions avoir un guide (non officiel). Manuel qui nous avait expliqué qu'il s'agissait de l'unique moyen de gagner quelques dollars pour assurer sa survie. Il passa une bonne partie de son temps à surveiller s'il n'était pas repéré et finit par nous expliquer qu'à Santiago, quiconque abordait un touriste était passible de prison, sur simple dénonciation. Pauvre Manuel, parti en courant à la fin de notre visite, effrayé par l'arrivée de civils à l'attitude menaçante, qui nous questionnèrent sans ménagement sur nos relations avec lui. Régime policier de type stalinien, voila ce qu'était ce pays 40 ans après la révolution libératrice!
Faut-il rappeler,ici, que le régime cubain fut aussi l'un des rares à soutenir l'intervention soviétique à Prague? 

Sans doute fallait-il débarrasser Cuba de Batista  mais fallait-il priver un peuple aussi longtemps de ses libertés, et au nom de quoi? Fallait-il qu'une de nos ministres, Segolène Royal, s'exprime ainsi:"Ils se sont inspirés de la Révolution française sans pour autant connaître la terreur»

Si je parle de cette page d'histoire (qui ne s'est ,d'ailleurs, pas complètement tournée pour les Cubains: demandez, en effet, leur avis aux exilés! ) , c'est que certains des zélateurs d'aujourd'hui du "Comandante", sont aussi ceux qui commencent à décrire les propositions de François Fillon comme celles d'un épouvantable libéral mâtiné de réactionnaire invétéré. 


mercredi 23 novembre 2016

Avec François Fillon: apres le premier tour de la primaire

Crédit Le Parisien



A ceux qui affirment que les Français ne se mobilisent pas pour les questions politiques, la participation à la primaire de la droite et du centre inflige un vrai démenti. On peut en tirer plusieurs conclusions:






jeudi 17 novembre 2016

Nouveau contrat rural : la région Ile-de-France avance

Les contrats ruraux, mis en place en 1983, sont des dispositifs qui manquaient clairement de souplesse pour les collectivités, tous les maires avec qui je m'en suis entretenu. Pour mieux répondre aux besoins et être plus efficace, l’exécutif régional a décidé de simplifier les procédures. 
J'en suis très heureux pour mes collègues élus des zones rurales.
Pendant la mandature précédente, les crédits consacrés aux contrats ruraux ont baissé et ils n’étaient pas à la hauteur des besoins des communes rurales. De nombreux élus se sont plaints de la complexité des démarches. Pire, une cinquantaine de dossiers ont dû être bloqués par le nouvel exécutif suite à des problèmes de procédures. Une concertation a donc été engagée avec un objectif clair : que chaque commune rurale ait pu bénéficier d’un contrat rural d’ici la fin de la mandature. Cette phase de dialogue a également mis en avant la nécessité d’alléger l’instruction des dossiers et de simplifier les procédures.

 
  • La durée des contrats ruraux a été ramenée de 5 ans à 3 ans avec la possibilité de prolonger deux fois un an si besoin.
     
  • Le montant des dépenses subventionnables a été harmonisé à 370.000 € HT pour toutes les communes, contre 300.000 € HT maximum auparavant pour les communes de moins de 1.000 habitants.
     
  • La base subventionnable pour les communautés de communes est portée à 770.000 € HT. De même, le plafond du nombre d’habitants pour les syndicats de communes est rehaussé à 3.000 habitants, contre 2.000 auparavant.
     
  • Les taux de participation sont désormais fixés à 40% pour la Région et 30% pour les Départements, contre respectivement 45% et 35% jusqu'alors.
     
  • Les secteurs d’intervention ont été élargis au patrimoine foncier et immobilier des communes.
     
  • Le nouveau contrat peut être désormais consacré à une seule opération et non plus trois comme auparavant.
     
  • L’instruction sera désormais pilotée par les Départements mais c’est la Région qui enregistre les demandes.

dimanche 16 octobre 2016

Zones non traitées (ZNT) en Seine-et-Marne

Les élus locaux du secteur ont été conviés par les agriculteurs pour les alerter sur la proposition de décret du ministère de l'écologie concernant les zones non traitées.(ZNT) . Ils rejoignent ainsi le mouvement de contestation contre cette mesure qui se développe partout en France.
Mais qu'est ce qu'une zone non traitée ?